Rencontre avec Marguerite Barankitse, “l’Ange du Burundi”

De passage à Lyon, nous avons eu l’immense honneur de recevoir Marguerite Barankitse surnommée « l’Ange du Burundi » au sein de MADE iN Sainte-Marie Lyon lors d’une conférence exceptionnelle.

Cette conférence a été animée par les étudiants de l’association MISAA (MADE iN Student Ambassador Association).

Retour en quelques lignes sur un destin hors du commun:

Il y a plus de 20 ans, lorsque le Burundi a été déchiré par la violence, soixante-douze de ses amis ont été assassinés devant ses yeux. Tragédie qui l’incite alors à changer radicalement de vie.

“Quand on voit ce qu’une femme est capable de faire pour tant d’enfants, l’Afrique n’est pas perdue”, a dit un jour Kofi Annan, secrétaire général des Nations unies, à propos de Marguerite Barankitse.

Il y a 10 ans on la surnommait “La Burundaise aux 10.000 enfants”. Aujourd’hui Maggy s’occupe plutôt de 20.000 enfants.
En 2005, Marguerite était dans la joie, dans l’espoir de la reconstruction. La paix était revenue au Burundi après 10 ans de guerre civile et 300.000 morts (sur une population de 7 millions d’habitants). Et cette même année Christel Martin faisait connaître Marguerite Barankitse au public francophone avec “La haine n’aura pas le dernier mot” (éd. Albin Michel).”Je dérange car je dénonce les injustices sociales, les crimes qui se commettent.”

 

 

En 2015, Marguerite Barankitse a quitté son pays car sa tête est mise à prix. Son crime: avoir défendu l’avenir de ces jeunes qu’on emmenait pour en faire des tueurs au service de la milice. “Des jeunes qui doivent aller à l’école, avoir un métier qui leur donne la dignité et non pas prendre les armes” dit-elle.

Maggy dirige Maison Shalom, une ONG, dont la mission première est le soutien aux orphelins et aux autres enfants vulnérables. Elle a reçu de nombreuses distinctions, parmi lesquelles, en 2011, le prix de la Fondation Chirac pour la prévention des conflits, doté de 100 000 euros. Une somme qui lui a permis de se lancer dans la micro finance, pour lutter à son échelle contre la pauvreté. En 2016, elle a reçu le prix Aurora pour l’éveil de l’humanité remis par l’acteur George Clooney.
Maison Shalom a dû quitter le Burundi et est maintenant basé au Rwanda. Maggy vit entre le Rwanda, Bruxelles et les multiples voyages qu’elle fait afin de communiquer sur ses missions et de promouvoir la paix, qui ne se concrétise pas sans la compassion, l’amour, le pardon et la résilience.

 

  

 

Cette conférence a donné lieu a de nombreux échanges,  les étudiants ont pu adresser des questions à Maggy sur les valeurs que doivent promouvoir la jeunesse de demain.

Nous retiendrons un message porteur de paix et d’amour d’une grande dame qui après avoir assisté aux massacres ethniques de 1993 au Burundi s’est investie corps et âme pour redonner une dignité aux orphelins de la guerre, du SIDA, aux enfants de la rue, aux enfants mineurs et aux bébés: « Les valeurs que vous devez avoir en tant que jeunes de demain sont : la dignité, la compassion car l’indifférence tue, la solidarité, la tolérance ainsi et par-dessus tout le respect, savoir vous respecter vous-même ».

MADE iN Sainte-Marie Lyon a accueilli il y a un an dix jeunes burundais sélectionnés pour étudier au sein de notre établissement.

MAGGY a su nous transmettre un témoignage d’une rare intensité, des mots poignants: “Nous sommes des bâtisseurs d’espérance, nous sommes des princes & princesses, des lumières qui devons rayonner”.

 

 

Merci aux familles pour leur présence, merci à notre association étudiante MISAA qui ont animé la soirée, merci aux étudiants BCCN qui ont réalisé l’interview et merci à l’association Ahimsa Fund, qui a rendu cette aventure possible.

 

Publication : octobre 24, 2017 . Tags : , , , , , , , , ,

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer